Flexjob.fr, une plate-forme de recrutement pour travailler autrement

32% des Finlandais et 30% des Belges travailleraient au moins 8 heures par mois chez eux, contre 8% des Français, selon une étude menée par Polycom en 2015. L’occasion de revenir sur la notion encore méconnue de « travail flexible », dont les formes diverses sont l’objet d’opportunités nombreuses.

Différentes formes de travail flexible : télétravail, coworking, job sharing, etc.

Le travail flexible définit la capacité d’un travailleur à adapter son environnement professionnel à son mode de vie. En ce sens, il convient de ne pas réduire le travail flexible au seul télétravail. En effet, celui-ci peut revêtir d’autres formes :

  • les horaires aménagés,
  • le coworking, qui consiste à louer un espace de travail partagé (il y en aurait 300 en France, selon le cabinet de conseil LBMG Worklabs),
  • le job sharing, qui concerne plusieurs travailleurs partageant un même poste à temps partiel,
  • le travail en temps partagé, qui permet à un salarié ou un indépendant de proposer ses services à plusieurs entreprises.

L’essor de ces nouvelles formes de travail s’inscrit dans un contexte professionnel et numérique hyperconnecté, qui facilite toujours plus la collaboration à distance. 56% des managers et chefs d’entreprises prévoient d’ailleurs que la vidéo sera l’outil le plus utilisé pour collaborer en 2016 (Étude Polycom, 2015).

Les avantages du travail flexible pour le travailleur et l’entreprise

Selon Polycom, 90% des représentants de la génération Y font de la flexibilité professionnelle une priorité. Ils voient en elle une façon de réduire le stress lié au travail et d’atteindre un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle. En travaillant 2 jours par semaine depuis son domicile, un salarié gagnerait 85h de temps libre par an et économiserait près de 300€ de transports et de garde d’enfants (Étude Citrix, 2014).

Le travail flexible présente également des avantages pour les entreprises. 72% des cadres supérieurs français estiment qu’il permet d’atteindre une meilleure productivité (Étude Regus, 2014). Il contribuerait en effet à la réduction de l’absentéisme et des retards, et permettrait d’apporter un meilleur sens des responsabilités et de la gestion du temps. Le bien-être des employés serait donc vecteur de performance et de productivité pour les entreprises. Notons également les économies réalisées sur les locaux et sur certains avantages : transports, tickets restaurant, etc.

De nombreuses entreprises françaises, qui s’appuient sur un modèle plus traditionnel et paternaliste, portent encore un regard sceptique sur le travail flexible. Outre la gêne de voir leurs salariés sortir de leur giron, ils y voient un obstacle au travail d’équipe et à l’esprit d’entreprise.

Flexjob.fr, une plate-forme de recrutement en travail flexible

C’est face à la démocratisation de la flexibilité professionnelle en France qu’est née Flexjob.fr, une plate-forme de recrutement dédiée à ces nouvelles formes de travail. Forte de plus de 500 offres d’emplois et de plus de 2 500 CV déposés, cette start-up lyonnaise ambitionne de devenir l’interface privilégiée entre des « flexjobers », ces candidats désireux de travailler autrement ; et des entreprises qui ont intégré les codes et les bénéfices du travail flexible.

La plate-forme s’appuie sur un algorithme capable de proposer des offres d’emploi en adéquation avec le profil de chaque candidat. Ce-dernier peut même être contacté directement par des recruteurs et être alerté des dernières offres susceptibles de l’intéresser.

Délivrant une approche pédagogique concernant les enjeux et les opportunités du travail flexible, Flexjob.fr vise à s’enrichir d’une offre de conseil aux entreprises, afin de les accompagner dans la flexibilisation de leur modèle de travail.

Retrouvez l’intégralité de l’étude Polycom sur le futur des environnements de travail.

06 Mai

by 

Created with Snap